Accueil Recherche Imprimer Imprimer Page précédente Page suivante Aller au contenuHaut liens d'évitement et raccourcis clavier Droits de copie Aller au menu
Design : Css-faciles & RankSpirit

Ce texte est extrait du site www.theatrons.com

A quoi sert le théâtre

Aller voir ailleurs tout en restant là.

"Je me demandais l'autre jour : à quoi sert le théâtre ? À imiter la vie. Pourquoi l'imiter puisqu'elle est là ? Elle a besoin d'être imitée pour qu'on la comprenne. Qu'est-ce que ça veut dire comprendre la vie ? Ça veut dire, en même temps qu'on la vit, la voir un peu étrangère. Qu'est-ce que ça apporte ? On se dédouble. C'est-à-dire ? On sort de soi et on fait un retour à quelqu'un qu'on ne connaît pas forcément très bien. Pourquoi ne pas rester tranquillement dans le soi qu'on connaît ? C'est le propre de l'homme. Quoi ? D'aller voir ailleurs tout en restant là."

 Michel Vinaver
Extrait du site SACD/Entr’Actes

Gad Elmaleh
Gad Elmaleh dans son spectacle :
"L'Autre c'est moi"
Pour ce qui concerne le public, le théâtre joue le même "rôle" que la littérature, les histoires au coin du feu, celles qu'on raconte aux enfants pour les endormir et celles que le cinéma reprend de remakes en remakes.

Comprendre l'autre, se comprendre soi-même. Se voir autrement, voir l'autre autrement. Changer d'éclairage et accepter, au moins le temps d'un spectacle, les aspects du monde que l'on refuse, que l'on fuit dans notre quotidien.

Le théâtre, le cinéma, le livre et le conte me disent ce que j'ai peur d'entendre : que mon choix de vie n'est pas forcément le seul qui vaille, que l'univers étriqué dans lequel je circule n'est qu'une infime fraction des possibles. Il me disent aussi que je ne suis pas seul, que d'autres souffrent, aiment, s'emportent, jouissent, se brisent et parfois se relèvent.

Ils me démontrent que quelle que soit la couleur de l'herbe dans le pré du voisin, j'y trouverai l'amour et la souffrance comme dans mon propre pré.

En tant qu'acteur, le théâtre m'offre encore plus parce qu'il me pousse à bout. Il m'oblige à ouvrir les yeux sur tout ce que je suis sans l'accepter vraiment, sur tout ce que je peux être et que je ne voyais pas. Il me fait grandir, m'oblige à être honnête avec moi-même.

En tant qu'acteur, je fais ce que je n'oserais jamais faire dans le reste de ma vie. Je le fais, puis je me demande : comment tu te sens, maintenant ? Et je sais un peu mieux ce que je veux être et ce que je ne veux pas être.

Si vous croyez que l'acteur triche, vous vous trompez. Il cesse au contraire de tricher. Sous couvert du jeu, je regarde enfin les parties les plus sombres de mon âme, celles que je planquais sous le tapis, je m'oblige à les apprivoiser et à faire un pacte avec elles, avant qu'elles ne me dévorent de l'intérieur.

Et certains jours de miracles, je découvre des feux qui couvent et qui ne demandaient qu'à s'embraser, je vis alors plus intensément que je ne l'avais jamais fait.

Mais que je caresse l'ombre ou la lumière, j'en ressors différent, étonné. C'est cet étonnement que je propose au public : regardez qui je suis, c'est incroyable, non ?


L'encyclopédie du théâtre