Accueil Recherche Imprimer Imprimer Page précédente Page suivante Aller au contenuHaut liens d'évitement et raccourcis clavier Droits de copie Aller au menu
Design : Css-faciles & RankSpirit

Ce texte est extrait du site www.theatrons.com

La promenade

Ecoute, travail corporel en rapport avec l'imagination

Promenons-nous sous la pluieObjectifs

Déroulement

Les participants sont répartis sur l'aire de travail, en mouvement de marche "neutre", détendus mais concentrés. Le meneur va promener les participants qui doivent mimer les différentes marches proposées. Exemple de promenade :

Vous marchez dans la rue, sur un trottoir. La température est agréable. Un vent léger traverse la rue.

Il y a de plus en plus de monde et vous vous retrouvez à marcher au milieu d'une foule.

Il se met à pleuvoir, de grosses flaques se forment sur le trottoir.

Toute cette eau devient celle de la mer. Vous marchez avec de l'eau jusqu'au chevilles, puis jusqu'au genoux, puis jusqu'à mi-cuisse.

Vous sortez de la mer et vous errez sur une plage de sable fin.

Le sable se transforme en galets brûlants. Il fait très chaud.

Les galets deviennent des œufs qui se transforment peu à peu en une boue épaisse. La boue se transforme en goudron chaud.

Le goudron refroidi et devient compact. Vous êtes de nouveau sur un trottoir, mais il fait de plus en plus froid. Il se met à neiger.

Vous marchez à présent dans la neige.

La neige fond. Vous êtes sur un sol mouillé et glissant.

Le soleil revient, vous êtes comme au départ de cette promenade, sur un trottoir, tranquille. La température est agréable.

Observations

Le meneur peut bien entendu promener les participants au gré de sa fantaisie et le parcours proposé ici n'est qu'un exemple.

Ce parcours doit être parcouru très lentement. La voix du meneur sera posée, sans caractère trop dramatique. Laissez au participant le temps du ressenti, le temps de trouver la marche adaptée.

Bien expliquer aux participant que c'est leur corps qui est sollicité et qu'ils doivent "sentir" le terrain imaginaire sous leurs pieds. Ils doivent avoir leur corps en éveil.

Le travail de cet exercice est autant mental que physique : les participants doivent visualiser chaque sensation jusqu'à (par l'intellectualisation) la ressentir. Ex. : "Quand il fait froid, que se passe-t-il au niveau de mes épaules ?" Il s'agit d'avoir froid, de ressentir cette sensation de froid et, de là, découlera la démarche appropriée.

Ce type d'exercice entre parfaitement dans le cadre du travail préconisé par Stanislavski pour développer la mémoire affective.

D'où provient ce texte ?

Cette page comporte des extraits du livre "Entraînement théâtral pour les adolescents" rédigé par Alain Héril et Dominique Mégrier.

L'objectif de cet ouvrage est de proposer des outils pratiques pour mettre en place une sensibilisation théâtrale destinée aux ados.

Optique de travail :

Respiration, relaxation, lâcher-prise, improvisation et imagination sont les points forts de ces 50 exercices.

Pour guider son choix, l'utilisateur trouvera des pictogrammes en regard de chaque exercice, indiquant leur spécificité et le nombre de participants. Enfin, des précisions sont fournies sur le déroulement d'une séance et le calendrier d'une semaine-type.

Biographie de l'auteur
Alain Héril est metteur en scène, comédien et sophrologue. Il intègre cette triple compétence dans l'animation de stages auprès de comédiens, amateurs ou professionnels. Dominique Mégrier est comédienne et enseignante de théâtre. Ils co-animent depuis plus de 10 ans des stages dont les exercices de ce livre forment la base. Ils dirigent également leur propre compagnie théâtrale.


L'encyclopédie du théâtre