Accueil Recherche Imprimer Imprimer Page précédente Page suivante Aller au contenuHaut liens d'évitement et raccourcis clavier Droits de copie Aller au menu
Design : Css-faciles & RankSpirit

Ce texte est extrait du site www.theatrons.com

L'imitation

"Ne vous permettez jamais de représenter extérieurement ce que vous n'avez pas éprouvé intérieurement."

Extraits choisis de "La formation de l'acteur" de Constantin Stanislavski
En rapport avec cette page : mon point de vue sur l'imitation

Pour reproduire des sentiments, vous devez être capables de les retrouver en faisant appel à votre propre expérience. A l'inverse, les acteurs qui pratiquent un jeu "mécanique" ne cherchent pas à éprouver les sentiments du personnage, ils ne peuvent pas en reproduire les manifestations.

Les dangers de l'imitation

A l'aide de grimaces, d'artifices de la voix et de geste, ces acteurs n'offrent au public qu'un masque inanimé, vide des sentiments qui n'existent pas chez eux. Pour cela, ils ont inventé tout un assortiment d'effets conventionnels qui prétendent représenter toutes sortes de sentiments par des moyens extérieurs.

Quelques uns de ces clichés sont devenus traditionnels et se transmettent de génération en génération ; comme, par exemple, le fait de porter la main sur le cœur pour exprimer l'amour, ou d'ouvrir la bouche pour faire croire qu'on va mourir.

D'autres sont empruntés à de grands artistes contemporains (...) d'autres encore sont inventés par les acteurs eux-mêmes.

Il y a des manières particulières de dire son rôle, des systèmes de diction et d'élocution (intonations exagérément hautes ou basses, aux moments critiques du rôle, "trémolo" et autres effets de voix). Il y a aussi les mouvements physiques, les gestes et les poses (les acteurs qui jouent "mécanique" ne marchent pas sur scène, ils "progressent" !).

Il existe des méthodes pour exprimer tous les sentiments et toutes les passions humaines (on montre les dents et on roule le blanc des yeux pour exprimer la jalousie, on couvre ses yeux et son visage de ses mains au lieu de pleurer, on s'arrache les cheveux pour montrer son désespoir).

Il y a des moyens d'imiter toutes sortes de gens et les différentes classes de la société (les paysans crachent par terre et se mouchent sur leur manche, les officiers font sonner leurs éperons, les aristocrates jouent avec leur monocle). D'autres peuvent servir à caractériser des époques (geste d'opéra du Moyen-Âge, petits pas affectés du xviiie siècle).

Ces méthodes mécaniques toutes faites, on peut les acquérir facilement par un exercice constant, de sorte qu'elles deviennent une seconde nature.

Le temps et l'habitude finissent pas vous rendre familières jusqu'à des choses déformées et absurdes. Ce haussement d'épaules traditionnel en vogue à l'Opéra-Comique, par exemple, ces vieilles femmes qui essayent de paraître jeunes, ces portes qui s'ouvrent et se ferment toutes seules lorsque le héros entre ou sort.

Le ballet, l'Opéra et particulièrement les tragédies pseudo-classiques abondent en conventions de ce genre. Par ces méthodes immuables, ils ont la prétention de reproduire les sentiments les plus compliqués et les plus élevés de leurs héros.

D'après l'acteur "mécanique", l'objet du langage théâtral et des mouvements plastiques (par une douceur exagérée dans les mouvements lyriques, des sifflements de haine, de fausses larmes dans la voix,...) c'est de rehausser la voix, la diction et les gestes, de rendre les acteurs plus beaux et de donner plus de puissance à leurs effets.

Malheureusement, il y a dans le monde plus de mauvais que de bon goût. On a créé une sorte de prétention pour remplacer la noblesse ; la gentillesse remplace la beauté, les effets de théâtre remplacent l'expression vraie.

Dans un rôle qui n'est pas encore solidement construit sur des sentiments, que chaque vide soit comblé par des clichés, voilà le danger. Et qui plus est, ces clichés risquent de devancer les sentiments, les empêchant de se manifester, même chez les acteurs de talent, capables de véritable création.

Quelque habile que soit l'artiste dans son choix de conventions scéniques, il ne pourra jamais par là émouvoir le public, à cause de leur caractère strictement mécanique. C'est alors qu'il se réfugie dans ce qu'on appelle les "émotions théâtrales". ce sont des sortes d'imitations artificielles de la forme extérieure et physique des sentiments.

La mémoire affective : comment utiliser l'imitation à bon escient

J'admets que pour commencer vous vous laissiez guider par l'aspect extérieur de votre jeu, mais celui-ci doit ensuite vous aider à retrouver les sentiments qui, à leur tout, vous guideront.

...

Tout comme la mémoire visuelle peut reconstruire des images mentales à partir de choses visibles, la mémoire affective peut ressusciter des sentiments qu'on croyait oubliés jusqu'au jour où, par hasard, une pensée ou un objet les fait soudain resurgir avec plus ou moins d'intensité ou d'acuité.

Puisque vous êtes encore capable de palir ou de rougir au souvenir de tel ou tel événement, ou même de redouter certains souvenirs pénibles, j'en déduis que vous possédez une mémoire affective certaine.

...

C'est bien connu que certains peintres sont doués d'une telle mémoire visuelle qu'ils sont capables de faire de mémoire le portrait d'un homme qu'ils n'ont pas vu depuis très longtemps.

Certains musiciens peuvent transcrire entièrement de mémoire une symphonie qu'ils n'ont entendue qu'une fois.

Les acteurs possèdent la même faculté de pouvoir fixer dans leur mémoire des impressions visuelles et auditives qu'ils pourront utiliser plus tard : un visage, une expression, une silhouette, une démarche, des manières, des gestes, une voix, des intonations...

De plus, certaines personnes, en particulier des acteurs, sont capables non seulement d'évoquer, de reproduire des souvenirs réels, mais encore de faire la même chose avec des souvenirs imaginaires. Certains s'appuient sur leur mémoire visuelle, d'autres qur leur mémoire auditive, pour déclancher une impression.

...

Aucune technique, même la plus perfectionnée, ne peut rivaliser avec la Nature. J'ai vu de nombreux acteurs, très célèbres pour leur technique, d'écoles et de pays différents, et aucun n'atteignait le sommet auquel peut prétendre l'intuition artistique lorsqu'elle est guidée par la nature.

...

- Commen se fait-il qu'un acteur puisse être deux personnages entièrement opposés ? lui demanda un élève.

- Tout d'abord, dit Torstov, l'acteur n'est pas l'un ou l'autre de ces personnages. Il possède une personnalité intérieure et extérieure qui peut être plus ou moins bien définie. Sa nature propre peut n'être ni basse ni noble, mais ces possibilités sont là, car l'homme possède en lui en puissance tous les éléments de toutes les facultés humaines, du bien comme du mal.

L'acteur doit donc, grâce à son art et à sa technique, découvrir par des moyens naturels, les traits qu'il devra développer dans son personnage. De cette façon, l'âme de son personnage sera une synthèse d'éléments vivants et réels de sa propre nature.

Il faut d'abord vous occuper de découvrir les moyens d'employer vos propres sentiments. Ensuite vous chercherez les différentes manières de créer un nombre infini de combinaisons de caractères, de sentiments, de passion, pour vos divers rôles.


En rapport avec cette page : mon point de vue sur l'imitation 

D'où provient cet extrait de texte ?

Cette section, tente de résumer les grandes lignes de la pensée de Stanislavski. Vous trouverez dans le menu de gauche les différents thèmes que j'ai extraits de sa lecture :

Ces diverses pages sont des compilations d'extraits du livre "La formation de l'acteur" disponible chez plusieurs éditeurs : Pygmalion, Petite bibliothèque Payot, Payot.

Si les extraits proposés ici sont parvenus à vous intéresser, je vous recommande vivement la lecture du livre complet. Ecrit comme une semi-fiction, il raconte le parcours d'un jeune étudiant au sein d'un école de théâtre. Le Directeur, Tortsov, y distille ses leçons avec fermeté, amour et humour et sert de porte-parole à Stanislavski.

Cette méthode de présentation originale permet de suivre la "leçon" de Stanislavski comme si l'on était son élève. A travers des exemples choisis pour leur intérêt, Stanislavski donne son point de vue sur les principaux obstacles à éviter en tant qu'acteur et sur la méthode à suivre pour réussir ses interprétations.


L'encyclopédie du théâtre