Accueil Recherche Imprimer Imprimer Page précédente Page suivante Aller au contenuHaut liens d'évitement et raccourcis clavier Droits de copie Aller au menu
Design : Css-faciles & RankSpirit

Ce texte est extrait du site www.theatrons.com

Histoire du théâtre à l'école

Comment le théâtre et l'école se sont rencontrés

Comment on en a fait un drame...

Le mot "drame" vient du grec "drama" qui veut dire "action. Avant de prendre le sens de "tragédie" dans lequel il est souvent utilisé aujourd'hui, ce mot désignait tout simplement l'action sur scène. Le "jeu dramatique" tel qu'il figure dans les programmes officiels n'est donc qu'un jeu d'action.

Et dans ce même contexte, le mot "jeu" doit être entendu dans ses deux sens usuels : l'action doit donc être ludique est organisée.

Comment les choses ont commencé

Les hommes de 1789 croient fermement à la vertu des spectacles et il existe sous la Constituante un véritable consensus pour admettre l’'utilité du théâtre qui, s'il n'est pas encore entré à l'école, est largement utilisé comme outil pédagogique, pour ne par dire outil de propagande.

Au XiXe siècle les Jésuites utilisent le théâtre dans leurs collèges afin d'amener leurs élèves à une meilleure intégration sociale. Aprés la première guerre mondiale, les mouvements de l'"éducation nouvelle", nés du développement de la psychologie et de la sociologie, introduisent dans leur enseignement les pratiques artistiques, dont l'expression dramatique.

Ces activités se fondent sur l'idée - remarquablement moderne - qu'une éducation équilibrée passe par l'expérimentation et l'encouragement à créer.

Dès 1937, les centres d'entrainement aux méthodes actives (CEMA) indroduisent les activités dramatiques dans la formation de leurs animateurs de colonies de vacances.

A la même époque, Léon Chancerel ouvre un centre dramatique pour la jeunesse et rédige "Jeux dramatiques dans l'éducation" qui servira de base à ce qu'on appelle aujourd'hui le "jeu dramatique". Chancerel est passionné par la Commedia Dell'Arte, par l'improvisation et par la philosophie de l'acteur-metteur en scène russe Constantin Stanislavski dont il traduit plusieurs ouvrages.

Après guerre

Les contacts entre le monde du théâtre et l'éducation se multiplient à travers les "maisons de la culture" établies par André Malraux, les centres d'art dramatique régionaux, les maisons de jeunes, les écoles et les collèges.

Le ministère de la jeunesse et des sports confie déjà l'encadrement de ces stages théâtre à des acteurs professionnels. Ces premières tentatives jettent les bases du jeu dramatique en tant que matière scolaire, mais les enseignants interessés sont encore souvent isolés et peu soutenus par leur hiérarchie.

1983

Le ministère de l'éducation et le ministère de la culture signent un protocole d'accord afin d'ouvrir les établissements scolaires à leur environnement culturel. En 1989, ce protocole permet de mettre en place les "APA" (ateliers de pratique artistique) dans certains collèges et lycées. Ces ateliers associent enseignants, élèves et professionnels du spectacles autour de projets concernant la danse, la musique, le théâtre, les arts plastiques et les lettres.

1993

Un nouveau protocole signé par les ministres de l'éducation, de la culture, de la francophonie, de l'enseignement supérieur, de la jeunesse et des sports, porte sur "1. Le renforcement du partenariat - 2. La consolidation des enseignements et pratiques artistiques dans le temps scolaire, la formation des enseignants ; - 3. Le développement de plans locaux pour l'éducation artistique et l'effort en faveur de la décentralisation et de l'aménagement du territoire ; -4. L'aménagement du temps scolaire et les rythmes de vie des enfants et des jeunes ; ".

1995

Le ministère de l'éducation propose enfin, d'une façon officielle, le théâtre comme exemple d'ouverture aux domaines artistiques et inscrit le jeu dramatique au programme officiel du cycle 3.

D'où provient ce texte ?

Cette page comporte des extraits du livre "L'expression théâtrale au cycle 3" rédigé par Claude Grosset-Bureau et Suzanne Christophe. Cet ouvrage est malheureusement épuisé. Vous pouvez toutefois vous rabattre sur l'excellent "Le théâtre à l'école" (cycle 2 et 3).

Présentation de l'éditeur
Le théâtre, art fédérateur, permet à l'enseignant de travailler la maîtrise du langage oral, au cœur des programmes de l'école, par une approche globale des techniques d'expression qui prend appui sur l'imagination et l'invention de ses élèves. Les auteurs proposent, sous forme de fiches pratiques, une approche claire et précise du jeu dramatique avec les élèves : exemples concrets, exercices variés qui sont autant de séances à mettre en œuvre en classe, modèles de séquences, progressions, remédiations, etc. L'enseignant puisera librement dans chacune d'elles pour composer son atelier, en fonction de ses objectifs pédagogiques, des motivations et des capacités de ses élèves, ainsi que du temps dont il dispose.

Biographie de l'auteur
Sophie Balazard est ancienne élève de l'École de la Rue Blanche (ENSATT 1987). Elle est comédienne, auteur et metteur en scène.
Élisabeth Gentet-Ravasco est dramaturge. Elle a été professeur au Cours Florent.
Elles animent depuis plus de quinze ans des ateliers de pratiques artistiques. Ensemble, elles dirigent la Compagnie Picrokole et la revue Atelier-Théâtre. Elles ont co-écrit de nombreux ouvrages pédagogiques, notamment Scènes de théâtre pour l'école, dans la même collection.


L'encyclopédie du théâtre