Accueil Recherche Imprimer Imprimer Page précédente Page suivante Aller au contenuHaut liens d'Ãf©vitement et raccourcis clavier Droits de copie Aller au menu
Design : Css-faciles & RankSpirit

Ce texte est extrait du site www.theatrons.com

Le doute

J'y arriverai pas, je ne suis pas capable de faire ça... Vraiment ?

Je doute
J'y vais, ou j'y vais pas ?
Fromage, ou dessert ?
Etre, ou ne pas être ?
L'aile, ou la cuisse ?

Hiboux ou genous ?
Je me demande parfois
si toutes ces questions
valent d'être posées.
Peut-être que oui,
peut-être que non,
mais bon...
est-ce important ?

source image :
 lezecritsdelatitjuju.

Au début, vous y avez cru. Et puis... bah... vous commencez à vous dire que ce n'est pas votre truc.

Pour être franc, vous ne vous attendiez pas à ce que ça soit si difficile, si compliqué. Après tout, le texte raconte parfaitement bien l'histoire, non ? Alors pourquoi tous ces chichis ? Pourquoi s'acharner autant sur les positions, le ton, les déplacements... Ce metteur en scène est un pinailleur pathologique.

Sans parler des autres acteurs : quel manque de pudeur ! Se lancer comme ça dans le vide ! Laisser un "personnage" vous envahir ! Vous commencez vraiment à vous demander ce que vous faites là.

Seriez-vous trop grand(e) pour jouer ?

Le secret est là : tout ça n'est qu'un jeu.

Il se trouve que les "gens de théâtre", pour la plupart, aiment s'amuser sérieusement. Ils ne font pas ça à la légère, ils y mettent toute leur âme.

L'idée que la vie et le théâtre ne font qu'un n'est pas loin derrière tout ça. Si vous êtes prêt(e) à envisager la vie comme une farce, une aventure, une comédie tragique comportant son lot de larmes, de rires et d'imprévus, ne lâchez pas le théâtre : il vous permettra de grandir sans perdre votre âme d'enfant, de préserver et de nourrir l'espoir, l'innocence, le rêve et l'énergie qui font d'un enfant ce qu'il est, et d'un adulte un artiste plein de vie, ré-inventant sa destinée à chaque instant.

Le texte d'une pièce ne dit pas tout. Celui de la vie non plus.

On peut choisir d'interpréter Molière de façon tragique. On peut traiter les pièces de Racine avec le ton de la comédie. Il n'y a pas de sacrilège, seulement du spectacle, de l'imagination, de la fantaisie parfois, de l'intensité toujours.

On choisit sa pièce comme on choisit sa vie. On l'écrit, au besoin.

Assurez-vous simplement que vous êtes dans le bonne troupe et que votre vibration intime y trouve son écho.

Respectez-vous

Si votre metteur en scène n'a pas su vous communiquer son amour du théâtre, vous embarquer avec lui dans sa quête de plaisir et de passion, c'est peut-être que cette fois-ci n'était pas la bonne. Respectez-vous et changez de voie.

Une troupe est comme une petite famille. Il s'y développe une étrange intimité, à la fois superficielle et sincère. On ne fait pas qu'y changer de costume : on s'y déshabille de toutes les façons possibles. La confiance et le respect mutuel sont indispensables à l'alchimie.

Le théâtre de boulevard, la tragédie classique, le théâtre naturaliste et le théâtre de l'absurde forment autant de troupes distinctes. A vous de trouver celle qui vous convient.

Mais il n'y a pas de théâtre "noble" ni de théâtre "vulgaire". Il n'y a pas de genre "pédant" ni de genre "populaire". Il y a de bonnes et de mauvaises pièces, des mises en scène inspirées et créatives et d'autres qui le sont moins, sans doute.

Il y a surtout des troupes qui vibrent à l'unisson et qui emportent le public avec elles, même quand le texte semblait obscur et décalé, et d'autres qui passent à côté de l'occasion et tournent à vide, malgré les costumes magnifiques, malgré les décors grandioses, malgré un texte succulent.

Ce ne sont pas les ingrédients ni la recette qui font la saveur d'un plat : c'est le génie du chef et de son équipe.

Vous avez déjà toute une vie d'expérience

La seule chose qui soit absolument nécessaire à l'acteur, c'est la sincérité.

Si vous savez un tout petit peu être sincère, vous êtes capable de jouer. Ne doutez pas de vos capacités : comme tout être humain, vous savez rêver, faire semblant, parler et vous déplacer.

Il n'en faut pas plus pour être acteur, si ce n'est l'envie d'expérimenter, de partir à la recherche de soi-même, de ses autres "soi".

J'ai vu des débutants faire des miracles et se montrer parfois bien plus impressionnants que des acteurs d'expérience. Au théâtre, le "métier" n'apporte pas grand chose, à part des mécanismes pesants dont il faut se méfier.

C'est la richesse intérieure de l'acteur qui fait son potentiel. Cette richesse, vous la développez comme tout le monde depuis votre naissance.

Si le doute vous est familier, il vous a sans doute protégé des fausses certitudes, des idées toutes faites, du "prêt-à-penser" qui appauvrit l'esprit et limite l'expérience. Vous êtes (sans doute !) mieux placé(e) que quiconque pour donner à votre personnage les nuances qui le rendront crédible.

Je laisse Scapin vous faire la leçon dans ses "fourberies" :

"Ces sortes de périls ne m'ont jamais arrêté, et je hais ces cœurs pusillanimes qui, pour trop prévoir les suites des choses, n'osent rien entreprendre."


L'encyclopédie du théâtre